Horreurville…Oops Auroville….Âmes Sensibles s’Abstenir!

Par défaut

Sac sur le dos, les adieux et remerciements faits à mes charmants hôtes, Ilyas et Arifa à Pondy, j’ai pris un auto pour Center Parcs. Oops pardon, Auroville. Aie, je me suis fait prendre. Eh oui, j’ai encore du boulot avant d’etre un vrai yogi.

Comme je suis restée que 24h (et à peine ça) sur place c’est sur et certain que mes impressions sont juste des tout premiers impressions et la réalité est probablement tout autre chose, bien meilleur de ce que je decris. Donc, conseil d’amie, arrêtez toute de suite de lire et regardez juste les photos souvenirs. D’ailleurs…si vous êtes français, americain, allemand ou Aurovillien, je préfère de vous alerter à l’avance qu’il y a des propos explicits qui peuvent choquer les âmes sensibles des dites nationalités.

Auroville. Déjà ça me fait penser à Intervilles qui n’est pas bonne signe. Bon, je ne vais pas vous faire toute l’histoire d’Auroville (il y a Wikipédia pour ça) mais juste vous dire en gros que c’est une expérience humaine d’une ville « idéale » qui est née fin des années 60 je crois. La compagne de Sri Aurobindo (de l’ashram Aurobindo) a voulu créer une ville qui n’appartient à personne, sans frontières religieux, culturelles ou de nationalité. Une groupe de personnes de 35 nationalités différentes, très courageux a cultivé des terres arides, planté des arbres et des plantes, creusé des puits pour apporter de l’eau (qui est potable d’ailleurs) et Auroville est née. Ils ont d’ailleurs fait un travail remarquable car la végétation est maintenant riche, il y a pleins d’espèces d’oiseaux (particulièrement bruyants), d’insectes (les moustiques adorent Auroville), et même des grosses bestioles…j’ai croisé une petit iguane quand je me promenais en vélo. Tout est 100% organique ce qui est formidable, il y a des écoles pour les enfants et on les apprend le Tamil, le français et l’anglais et une autre langue mais j’ai oublié laquelle. Le tout tient sur une diamètre d’environ 20km avec quelques vraies routes mais surtout des pistes qui vous emmènent entre autres vers les guesthouse qui rayonnent tout au tour et qui ont des noms comme « Quiétude », « New Création » et trucs comme ça. Selon le site web chaque guesthouse a une ou des spécialités…le mien « Sharnga » avait Taï Chi et massage indiqué. Chouette un massage!

En plein centre du diamètre de la terre d’Auroville est le Matrimandir qui veut dire en sanskrit (pour ceux/celles qui ne sont pas encore courant dans cette langue) « le temple de la mère », faisant référence à la compagne spirituelle de Sri Aurobindo, une française qu’on appelé Mere ou Maa. Cette immense sphere dorée a pris 37 ans a construire! Elle est effectivement très impressionnant quand on le voit. Si on arrive à le voir. L’intérieur sert comme lieu de méditation. Il paraît que l’intérieur est extraordinaire, tout en marbre blanc, tres aérien, et il y a un jeux de lumières et volumes incroyables. On m’a dit qu’il y a une « énergie » rare à l’intérieur et que de méditer là est une expérience inoubliable. Le Martrimandir a été conçu et construit pour laisser passer un filet de lumière qui descend du sommet et qui « perce » le plus grand sphère en cristal du monde. Comme dans les films. Sérieusement ça doit être très très beau. Le tout c’est de pouvoir rentrer dans le Matrimandir pour le voir. Pour cela il fait résider sur Auroville au moins 3 jours et il faut prendre un ticket à des heures très précises au Visitors Centre. Ah oui, avant le ticket il faut visionner un film. Ok let’s go.

Guesthouse réservé par internet…(ils étaient longs à répondre quand même), je m’y pointe hier midi. J’arrive dans le jardin de Sharnga et je termine par trouver une jeune fille d’apparence indien qui me dit en anglais-américain que normalement personne était attendue pour aujourd’hui. Cool, je fais quoi alors? Elle m’ignore et part téléphoner à quelqu’un. Une française déboule, me dit bonjour vite fait et lui dit un peu énervée (en français), « Sonia, tu ne peux pas dire ça aux gens, ça les rend insecure. Il faut d’abord lui demander si elle veut un thé et s’occuper d’elle, d’accord? ». Apparemment « elle » c’est moi et je ne suis pas censée de comprendre le français. Donc je fais comme si je ne comprenais pas. Héhéhé. La française a continué à rouspéter et est partie. Je vous le fais bref: la Sonia en question est une Aurovillienne de mère indienne et beau-père français (Sharnga leur appartient) et elle a toujours vécue ici. Elle avait tout faux avec ma réservation et à part me demander de payer 2 nuits en avance (que j’ai refusé) ne savait pas me prendre en charge, c’est à dire expliquer comment me débrouiller pour me rendre du point A à B (vélo, scooter, taxi???), où aller pour manger etc. Son nonchalance et son je-m’en-foutisme commençait à m’agacer sérieusement (total empathie maintenant avec la française de toute a l’heure) et j’avoue que je me suis dit que si tous les Aurovillien(ne)s pure souche sont comme ça, avec 2 de tension, ben on peut les rebaptiser « Neurovillien(ne)s ». Un peu comme les caissiers de Naturalia.

Je visite ma chambre (c’est la hutte a gauche) rudimentaire et tristounet, pose mes affaires et demande de louer un vélo tant qu’à faire parce qu’il faut bien que je sorte d’ici pour me rendre au fameux Visitors Centre. Sonia me passe un vélo qui est dans le jardin, mais même moi je vois que la pneu est tout dégonflé. Elle essaye de mettre de l’air, mais elle n’arrive pas. Un autre vélo alors. Pneu dégonflé aussi. Je tente de garder le sourire…après tout ici tout le monde s’aime, le monde est beau et gentil non? Troisième vélo…je l’enjambe et Sonia me dit « Have you ever ridden a bike before? » (Vous avez déjà fait du velo?). Non mais je rêve!!! Elle pense que je suis assez stupide de demander un vélo sans savoir le faire??? Elle peut-être mais pas moi. Je laisse tomber le sourire-peace-and-love et je lui balance « I ride a bike every single day in Paris ». J’ai exagérée un peu mais j’etais super agacée et j’en avais déjà marre de « Horreurville ». Je ne vais pas faire des amis avec ce blog.

Sonia regardait le plan d’Auroville comme si c’était la première fois qu’elle le voyait, donc j’arrete les questions, je prends le plan et je me casse. La plupart des gens à Auroville roule en scooter…pas écolo pour un sou mais je comprends vite pourquoi. Parce que faire du vélo sur des pistes c’est chiant et ça chauffe vite avec le soleil indien de 37°. Je croise plein de gens en scooter ou en vélo…que des touristes…ou peut être pas, en tout cas des blancs. Ils vont où? Pour faire quoi? D’ailleurs on fait quoi ici au juste? On ne se dit pas bonjour, on ne se sourit pas. Je me perds un peu en chemin (pas grand chose est signalé) peut être il faut être « attiré » par les ondes magnétiques dont je ne possède pas ou je les ai peut être laissé à ma Pondy-Chérie.

Visitors Centre. Des boutiques, des restos et beaucoup de gens. Que des blancs comme moi. Ah oui un indien ou deux. Je regarde la carte a l’entrée du terrasse du restaurant et j’entends quelqu’un crier mon nom….je me retourne, oh non, pas Elle!!! Une allemande qui me collait comme du chewing gum à l’école à Chennai. N’importe qui mais pas elle! Elle est à table avec deux personnes, dont une nana qui parlait comme dans les séries américaines qui dit « it’s like » tout temps avec toute la gestuelle qui va avec. Je sais, je sais, ça ne se dit pas….mais il y a 2 trucs qui font hérisser mes poils…un c’est le mot « awesome » et l’autre c’est « it’s like…(pause)… ». Voila. L’autre c’était un anglais tout moche et blanc d’un cinquantaine d’annees, qui est visiblement très gentil mais un peu mou sur les bords et bien paumé quand même. Ca fait déjà un mois qu’il est a Auroville et ne sait pas combien de temps il va rester. On se présente et je dis « j’ai l’impression d’être à Disneyland ici ». Silence à table. Ooops. J’ai dit quelque chose qu’il fallait pas? Quand ça me prend, j’ai du mal à la fermer. Ommmmmm….

Je ne sais pas quoi choisir pour manger…je ne veux pas une quiche ou une salade greque, je veux un Dosa Masala et il n’y en a pas! C’est super cher en plus. Super cher = 2 euros. Je ne suis pas bien lunée (si vous avez devinez, bravo), je mange vite fait et je me pointe au Visitors Centre pour savoir comment je peux accéder et méditer….je pense que ça me fera du bien…au fameux Matrimandir, que je n’ai pas encore appercu d’ailleurs. Pas de bol. Le Visitors Centre est fermé le dimanche et il faut que je revienne le lendemain (entre 11h et 12h sinon 14h à 15h) pour récupérer un ticket pour pouvoir entrer le SURLENDEMAIN. D’accord. No comment. Je peux au moins « le voir »? Les jardins sont fermés maintenant mais si on prend la route pendant 500m et on tourne à gauche en haut, encore quelques mètres et il y a un point de vue. Je suis allée, je l’ai fait, vous avez la preuve en images.

Je rentre à ma hutte dégoûtée et déterminée de « retourner en Inde », et rentrer à Pondy le plus vite possible. Le dîner du soir arrive (le dîner est compris dans le prix du chambre). On est 6 à table, 3 indiens qui sont venus pour le week-end de Chennai et un couple français (j’apprends plus tard que « elle » est roumaine. Le français râle (normal), il est stressé mais pas pour les mêmes raisons que moi. Il fait trop chaud. Il est en nage d’ailleurs. Ben oui, en Inde il fait chaud à cette époque de l’année. « Elle » a un virus, une espèce de fièvre qui fait qu’ils sont là a Auroville depuis 15 jours. Chaque fois qu’elle quitte d’Auroville elle ne se sent pas bien. Et ils veulent aller a Varanasi eux??? Elle ne va jamais survivre. Les indiens sont sympas…un couple marié depuis un mois et un frère à elle. On mange une salade de tomates et des pâtes. Rien qui pique (sauf moi), pas d’épices… (Voici Ilyas et son papa…des sourires qui m’accuillaient à mon retour le lendemain!)

Maintenant que j’ai perdu tout mon public français et américain, il doit rester peut être une voire deux personnes qui continuent à me lire! Allo y a quelqu’un? Une écossaise et une italienne peut-etre. Suis désolée, lectrices et lecteurs, je ne parlais pas de vous. VOUS je vous aime bien!

Le lendemain j’ai plié mes bagages (qui n’étaient pas dépliés d’ailleurs) et je suis revenu à Pondy…même guesthouse, même chambre, même draps vu que ma chambre n’avait pas été refaite. Parfait. Un bon petit déj indien à « ma cantine », un bon massage….ça fait du bien! Et le massage a Auroville? Sonia m’a dit qu’elle allait demander la masseuse et qu’elle me tiendrait au courant. J’attends toujours. Auroville, victime de son succès? C’est pas mon truc, mais faire un avis sur 24h n’est pas juste je sais. Il faut certainement rester sur place quelques semaines pour bien sentir comment ça marche, mais quoi qu’il en soit ça fait du bien de le quitter et revenir en Inde!

Ommmmmmmm……

Croisé sur la route de retour….il transportait des immenses branches sur son mobylette qui dépassait autant les deux côtés! Je comprends toujours pas comment il a fait avec la circulation….

;

;

;

;

;

;

;

;

;<;;;;

"

  1. Non, non t’ as pas perdu tous tes lecteurs, je suis écroulée de rire…Ah je reconnais bien tout ce que tu décris, le Français suffisant, j’menfoutiste qui sait tout sur tout et rien sur rien…J’ai bcp ri..Mais il en reste des sympas quand même n’est-ce pas?Nous?
    Mais qu’est-ce que c’est cette ville préfabriquée ?..Alors soit tu exagères soit tu es entrain de devenir une vraie Indienne..

    Demain je suis à Paris pour des conférences, je penserai à toi, tu vas me manquer. Bisous bisous

  2. Moi aussi je suis ecroulee de rire. Merci merci. Je n’arrive plus a attendre le soir (a miami) pour te lire, voila que je lis tes posts au bureau maintenant, tellement j’ai hate de savoir comment s’est passe ta journee.
    Je t’embrasse fort
    Julie

  3. Moi j’ai lu jusqu’au bout! Je ne me suis pas sentie visée, car je suis une exception ;-))))))
    J’aime ton franc parlé et y a pas de mal à dire ce qu’on pense !
    Merci encore Helen, toujours aussi agréable de te lire…

    Mais dis donc? Tu connais Julie qui vit à Miami et qui vient de passer qq jours à Bahamas? J’ai vu que tu avais fait un commentaire… ???

    Grosses bises d’un française 100% mais qui ne râle pas autant que les autres ;-)))

  4. Dommage ! je lis ça, par hasard, d’Auroville ou je suis arrivé hier… tout sympa, des gens sympas, des trucs sympas, des sourires partout ! Vous mériteriez d’être française, pour l’ironie et les ricanements😉

    mais ce que j’ai préféré, ce sont les portraits de Pondy : j’y étais la semaine dernière, mais trop « timide » pr shooter les gens comme vous le faites –avec un immense talent et une immense, me semble-t-il, tendresse !

    • Oui je sais Benoit. Vos commentaires sont trs justes et je vous remercie. Il est possible que je me sentais si bien et si attache Pondy que Auroville a ramass les pots casss. Les contraste entre les deux « mondes » taient trop forts pour moi et j’avais l’impression de ne plus tre dans « le vrai », en Inde, mais dans un monde pseudo-peaceandlove. Mais si un jour j’y retourne (et je compte de le faire), j’y resterais plusieurs jours…et AVANT de retourner Pondy. Je suis heureuse que vous l’tes Auroville, a me rassure, car l’ide de cette ville, cette communaut joyeuse et « self-suficient » est tout simplement magnifique. Bonne route, bon voyage Benoit, je vous envie… Helen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s