Allons-y à Alleppey

Par défaut

J’avais déjà des images d’Alleppey bien ancrées dans ma tête avant de venir. Une labyrinthe de « backwaters » – 1000km de lagunes et chemins d’eau qui se croisent et entre-croisent, bordées de jolies rives et rivages avec des petites maisons de pêcheurs. Si vous avez lu (et si vous n’avez pas lu, je vous conseille de le faire avant de mourir) « Le Dieu de Petits Riens » de Arundhati Roy, vous me comprendrez. En le lisant, j’avais l’impression d’y être.

Pour me rendre à Alleppey j’avais fait le voyage d’une heure et demie, souvenez vous…debout et en petite forme. Quand le bus s’arrête à Alleppey je suis soulagée mais sur les rotules et il n’est que 13h. À peine descendue du bus, les questions fusent… »rickshaw madame? » « you want a room? » « where are you from? ». Mes nerfs sont sur le vif, je veux m’assoir, je veux boire. Je me demande si cet épuisement arrive aux autres voyageurs ou qu’à moi?

Un restaurant avec une table dehors (on peut appeller ça une terrasse?), je commande un coca, mon boisson forcé depuis 10 jours. Je commence à regarder mon Routard à la recherche d’un guesthouse mignon, sympa, dans un endroit calme. Crampes abdominales qui me rappellent que tout n’est pas joyeux-joyeux la dedans non plus. Urgence. Vite, où sont les toilettes? On me dit que celles à l’intérieur sont que pour « urine » et si je veux faire autre chose c’est derrière. C’est le cas de le dire. Une femme m’envoie au fond d’une allée…et là bas une une autre femme pointe dans la direction d’une pièce sombre et douteuse qui me rappel les toilettes d’Antony Kumar de Pondycherry. Je lis l’expression de dégoût sur le visage de la femme qui disait « T’es sûre? À ta place j’irai ailleurs ». Je l’interroge… »No? Not good? Dirty? » Elle secoue la tête et je fais demi-tour. Mon sac à dos est toujours où je l’ai laissé et je demande à quelqu’un de le surveiller. Je trouve un hôtel bas de gamme à côté avec un restaurant au fond…et des toilettes correctes.

Des trucs comme ça ne sont pas bon pour le moral, je suis en train de dégringoler et il est grand temps que je me pose quelques jours pour me refaire une santé. Je décide sur mon guesthouse, au bord de l’eau avec des proprios super accueillants paraît-il. Le rickshaw me dépose à l’entrée d’un petit pont et me dit de suivre à pied le petit chemin au bord de l’eau qui m’emmènera à « Malayalam Lake Resort ». Le chemin est ravissant, de la verdure partout, de l’eau, du calme. Je sens bien cet endroit…! Quelqu’un m’appelle…Namaste! Joss m’accueille avec une grande sourire. il me montre deux chambres, les deux sont sympas mais c’est surtout l’extérieur qui est séduisante, la situation de ce petit guesthouse qui est extraordinaire juste posé au bord de l’eau dans un calme absolu ponctuée par le doux passage des houseboats élégants. Joss me suggère de poser mes affaires pendant qu’il me prépare un jus de ananas. Il parle doucement, il y a de la bienveillance dans son regard, il ne me bouscule pas et j’ai besoin de douceur. Je sens des larmes couler sur mes joues…j’ai besoin de lâcher ce tension qui monte en moi depuis quelques jours. Ça tombe bien, devant ma chambre, juste au dessus de l’eau il y a une petite paillotte suspendue au dessus de l’eau avec des nattes qui invitent à s’allonger…

Je passe l’apres-midi dans mon nid à somnoler et à regarder les houseboats passer devant. Je ne bouge pas d’un poil. Pour manger par contre il faut aller en ville, le guesthouse ne fait pas a manger. Je suis deçue, je ne voulais plus bouger pendant quelques jours. Je décide de faire une impasse, je n’ai pas les forces necessaire d’affronter la ville, meme si elle est petite, et de toute façon je n’ai pas très faim. Je discute avec quelques vacanciers. Ça fait du bien à discuter avec du monde, je me rends compte que ça me manque.

Le soleil se couche, la nuit tombe et c’est la fête pour les moustiques. C’est vrai qu’avec autant d’eau, ils doivent se marrer. Je rentre dans ma chambre et là horreur…des armées entières de moustiques cramponnées sur les murs et toute une congregation sur le moustiquaire qui sont certainement en train de faire un plan de bataille pour comment se rendre de l’autre côté. Je n’en ai jamais vues autant de ma vie…et c’est moi qu’elles attendent! Va falloir faire le ménage sous la moustiquaire et bien border le tout.

La nuit se passe bien, 1 – 0 pour moi. Le lendemain matin je me lève pour faire un tour de 4 heures sur les backwaters avec un couple Anglo-australian sur un petit bateau que nous avons loué de 6h30 à 10h30. C’est un pur bonheur de se laisser navigué tout doucement sur les eaux, être spectatrice du quotidien des autres…les femmes qui font leur vaisselle dans l’eau à la même heure, une grand-mère qui pêche le repas de midi, une petite fille qui fait la lessive comme sa maman, les agriculteurs cultivant dans les rizières…des gestes qui se répètent de génération en génération depuis des siècles. C’est très rassurant.

Le propriétaire de « Malayalam Lake Resort » s’appel Thomas et Joss est son cousin. Thomas et sa femme sont aussi doux et charmants que Joss…ça doit être de la famille. Ils ne vous posent pas une batterie de questions, ils ne vous envahissent pas. La famille de Thomas habite sur les terres de Malayalam Lake Resort depuis 250 ans. Je m’émerveille de cette appartenance à la terre et je les envie…surtout aujourd’hui quand je ne sais plus où j’étais ce matin et je sais encore moins où je serais ce soir. J’ai perdue pied et bon sens, je suis en totale déséquilibre. Et comme pour le prouver, je prends la décision de partir dans l’apres-midi et de prendre le train vers le sud…Trivandrum n’est qu’à 3 heures de train et peut être descendre à Varkala, station balnéaire spirituelle, ou peut être même aller jusqu’à l’aéroport de Trivandrum et tenter de prendre un avion pour Delhi. Je ne savais pas trop mais je voulais trouver un endroit comme ici mais qui servait à manger aussi. Ça c’est ce que je me vendais à moi-même et aux autres je disais que j’avais récupéré et que je voulais bouger. Je pense qu’ils ont vu que j’avais un peu perdue la raison mais étaient trop polis pour le dire.

Je remercie Joss, Thomas et sa femme qui sont aussi paisibles et accueillants que l’environnement qui les entoure et je pars à la gare comme un petit soldat mécanique qui ne sait plus s’arrêter…

;

;

"

  1. Mon petit chat, tu ne perds pas la tête car tu écris toujours aussi bien et tu ne perds pas ton sens de l’humour. Tu as bien évidemment besoin de te poser. Veux-tu retourner à Pondy et que je te trouve des bonnes adresses (j’ai un ami qui y vit 6 mois de l’année, mais qui malheureusement n’est pas là en ce moment)? Ou sois un peu moins roots et trouve toi un hotel confortable avec restaurant (et non une guest house) pour te poser quelques jours…
    Tiens bon. Gros gros baisers

    • Tant que je garde l’humour c’est que je ne suis pas morte.

      Ca y est, je vais bien, je suis toute requinque…3 nuits dans le mme lit, des bon repas avec des legumes, des massages tous les jours avec Jaya!!! Super! Seul problemo…je commence a m’emmerder serieusement! Je cherche un/des endroits pour aller visiter…Madurai avec des temples superbes me semble un bon plan mais comment y aller? Je m’accorde un break des bus et trains donc je vais essayer de louer une voiture avec chauffeur…c’est 7/8 heures d’ici. suivre….

      Gros bisouxxxx et merci pour tes mots si mimis,

      Ps Pondy est compliqu d’accs d’ici mais j’avais pens!

      Le mardi 24 avril 2012,

  2. Where are you now???? Sense of humour or not, this is a gruelling trip my dear. I agree with Ann that you write very well but why don’t you give yourself a break….have a Kit-Kat haha Seriously take care of yourself. love u xxx

    • I’ve been holing it up in kovalam for 4 days…treatments with jaya my wonderful massage girl and all sorts of dubious herbal bitter things to swallow, but whatever it’s worked and I’m up and ready to go! I arrived here totally exhausted, in tears, the runs, period on the way, no sleep for god knows how many nights…a nervous wreck!

      I’m fine now, honestly. I’ve got a taxi tomorrow and we’re off to Madurai to visit the massive Meenakshi temple there and then the day after I’d like to go to Ramasomethingpuram which is a pointed bit of land poking out and nearly touching Sri Lanka…it’s supposed to be the Varanasi of the south but not many tourists go down that far. Well, I haven’t seen the taj mahal but I may as well go there. So I’ll be off for 2/3 days…probably without wifi but you never know…

      I’m loving this….

      Le mardi 24 avril 2012,

  3. Helen, continue comme ça ! c’est un plaisir de lire tes petites anecdotes de voyage, et malgré les difficultés ça donne envie … Et en attendant cela nous permet de nous échapper de notre quotidien !
    Et effectivement tu écris drôlement bien ! Cela accompagne idéalement ton récit, pour en faire une aventure personnelle et très vivante, j’adore te lire même si je ne suis pas fan des blogs de voyage…
    Grooos bisous !

    • Merci Sam, c’est trop mignon ton message! Je suis ravie que tu me suis en voyage et que ces petiits recits te plaisent. Je raconte tout sauf le voyage je crois…disons que ce n’est pas trs culturel…je passe plus raconter des petits evenements dans les bus et les trains que sur l’Inde! Tout connaisseur qui lit mes rcits sera horripil! Je t’embrasse fort xxxx

      Le jeudi 26 avril 2012,

  4. Pur bonheur que de te lire et de vivre ton voyage à travers tes photos, mais j’attends les derniers jours de ton voyage pour te le dire. Une sacrée envie de vivre tout cela. Et des souvenirs à la pelle qui remontent dans ma mémoire, c’était il y a bientôt 30 ans et c’était en Chine. Essaye de te poser pour ces 3 derniers jours. Les retours sont tout aussi épuisants que les séjours.

    • Merci Renaud! Ça me fait réellement plaisir que la rue des martyrs suit ce petit tour en Inde. Au retour je n’aurais pas grand chose à vous raconter car vous êtes au courant de tout! Par contre j’ai quelques très belles photos… Dernier jour demain…je profite, je m’amuse, je regarde, je discute… Il paraît que Samy est une célébrité…je veux une autographe! Gros bisous à vous tous et à très vite Xxx

      Envoyé de mon iPad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s