Pieds Nus à Pushkar

Par défaut

Si on avait encore une petite doute, là on en a plus de tout. C'est la mousson en Inde et comme pour notre arrivée à Jaipur nous sommes débarqués à Pushkar sous une flotte monumentale et les trombes d'eau ont continué à t(r)omber jusqu'à notre départ, 36 heures après.

Il n'y a aussi pas de doute qu'une ville n'a pas la même charme et attirance quand – même en faisant super attention aux grosses flaques de boue et bouses de vaches – on a les pieds et les jambes aussi propre qu'un hippopotame après sa bain. C'est même très moyen niveau fun.

Pushkar est une toute petite ville – pour l'Inde – toute mignonne qui entoure un petit lac dans lequel que les fervents hindous viennent faire leurs bains. Au premier vue j'ai cru voir une Benares/Varanasi en miniature car il y a des similitudes avec cette ville sainte magique. Elles ont les « ghats » en commun – ces larges marches qui descendent jusqu'à l'eau, on entend partout les chants hypnotisants destinés à Shiva, et les performances des « pujas » – les prières – des brahmanes. L'architecture des édifices autour les ghats rappel aussi Varanasi avec les gopals des temples visibles tout autour. Par contre ici, il n'y a pas la ferveur et mysticisme des ablutions ni les crémations et le touriste doit garder ses distances et observer les baigneurs de loin. Les photos sont totalement interdits des personnes qui se baignent – ce que je comprends parfaitement, mais j'avoue que ça reste assez frustrant, et du coup l'appareil photo reste bien rangé au fond du sac pour éviter d'offusquer. Ici il faut se déchausser si on veut se promener sur les ghats et comme il y a autant de pigeons qu'à Trafalgar Square à Londres je vous laisse imaginer le plaisir d'y marcher pieds nus. Beurk, Beurk et encore Beurk.

Pushkar est aussi l'endroit où on peut trouver le seul et unique temple dédié au Lord Brahma. Ceci est parce que sa première femme était si jalouse de la deuxième que, pour avoir sa revanche elle a proclamé qu'il n'y aura qu'ici qu'on pourrait célébrer Brahma. Le temple mérite une petite visite et j'ai pris un « guide » pour que Louis soit un peu plus éclairé sur les coutumes et pratiques dans les temples avec les offrandes de fleurs et boules de sucres aux différents dieux. Les temples hindous inspirent toujours beaucoup de joie, gaieté et generosite et reflètent justement parfaitement bien peuple si joyeux et haut en couleurs.

Si vous étiez un hippie qui se respect dans les années 60/70, Pushkar aurait été sur la liste des lieux de votre pèlerinage – à côté de Londres, Rishikesh et Katmandou. Ça se ressent encore aujourd'hui dans l'artisanat et ce n'est pas difficile de trouver des groupes des vieux babas noyés dans la fumée de ganja, qui vous invitent à s'assoir avec eux. Avec un peu de regret de la part de Louis (mais non mais non) on a quand même renoncé préférant de continuer notre tour dans la boue pour que sa mère puisse photographier les singes qui ont envahis la ville.

C'est la fête de Shiva en ce moment à travers l'Inde et on croise sur les routes des groupes d’hommes de tout âge vêtus en orange – the holy colour – de la tête au pieds chacun portant sur épaule un long bâton avec des petits récipients – orange- de chaque côté qui contiennent des offrandes pour le dieu. La fête de Shiva est aussi la fête des hauts parleurs quand tu veux dormir la nuit. Peut être dans ma jeunesse – pas si lointain que ça me semble t-il mais ça dépend des jours – je pouvais m'endormir n'importe où, n'importe quand et à travers n'importe quoi. Louis a encore cette merveilleuse capacité, moi je l'ai perdue en Inde l'année dernière, ce qui rend chaque nuit abréviée d'un grand nombre d'heures car trouver des endroits vraiment loin du brouhaha incessant des rickshaws, des klaxonnes musicales, des cris des vendeurs est aussi difficile que de trouver un sourire dans le métro à Paris. Shiva et ses dévoués ont fait la fête les deux nuits juste en face de notre chambre. C'était super cool. Le lendemain matin à l’aube on était contents de retrouver Kumar pour qu’il nous emmène à Agra pour voir et visiter le Taj Mahal – what else?

 

 

 

"

  1. Ah ces sourires contagieux que redonnent du baume au coeur!!…🙂
    et quel régal que de lire votre récit qui nous transporte au plus près de ce pays extraordinaire!! alors…encore et encore tout simplement « Merci » tout autant que  » continuez »
    Ravissement partagé!

  2. Essayes les boules quies pour t’endormir dans le calme. Plein de bisous. Et merci encore pour tes supers posts. Je me regale!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s