Archives de Tag: Sarouel

Vibrante Varanasi

Par défaut

Depuis l'année dernière je rêvais de revenir ici à Varanasi (anciennement connu sous le nom de Benares et encore avant Kashi). C'est à Varanasi que la vie est la plus vibrante et pourtant c'est une ville où la mort est continuellement présente puisque c'est ici que les vieux choisissent de venir pour mourir, dans la ville sainte de Shiva, sur les bords de la Mère Ganga. C’est ici qu’on peut espérer de couper court à l’enfer du cycle de réincarnation et libérer son âme et atteindre le Moksha, l’équivalence hindou de Nirvana. Les crémations continuent jour et nuit sur les « Burning Ghats », et à tout moment on peut aller assister aux rituels car rien n'est caché en Inde.

L'année dernière, lors de ma première visite, le mousson n'était pas encore arrivé et je pouvais me balader le long des Ghats (des très longues et larges marches qui relient la ville avec la fleuve) et on pouvait louer un bateau à rames pour assister – emerveillée – aux ablutions, crémations, baignades, rituels hindous…

Cette année c'est rien à voir. Les Ghats n’y sont plus puisqu’ils sont entièrement noyés sous la Ganga, les bateaux sont interdites de sortie car le courant est très puissant et dangereux . Les seuls bateaux qu’on puisse apercevoir sont les bateaux remplis de bois pour les crémations. Du coup on passe beaucoup plus de temps à flâner de l'autre côté de Varanasi…dans les labyrinthes des minuscules ruelles, bordés d'echoppes de bouffe et petites « boutiques » proposant des soies, pashminas, sarouels, saris, bijoux, henné, feuilles de bétel avec le paan, « beedies », bonbons…. Les woks bouillanant de preparations savoureuses côtoient les urinals ouverts pour les hommes. Les narines doivent s'habituer en un rien de temps à des odeurs très forts et inhabituels. La vue aussi. À première vue dans une ruelle on pourrait croire que tout Varanasi y vomissent leurs tripes, mais ce n'est pas de tout ça. C’est des offrandes aux vaches – qui tiennent une immense place littéralement et figurativement en Inde et plus particulièrement à Varanasi – quand on regarde de plus près on reconnaît les restes de dals, sauces, masalas, chapattis, chaï, bouteilles et sacs en plastique et Shiva sait quoi encore.

On adore ou on déteste Varanasi. Je n'ai pas besoin de vous dire de quel côté je me range, et je voulais partager mon enthousiasme avec Louis. La saleté, la pauvreté, les lépreux, les arnaques, oui, tout cela est très présent, mais il faut passer au delà de ces premières impressions, il y a aussi autre chose. Une spiritualité très profonde, les chants constants et envoutants des écoles védiques, les pujas (prières) des brahmanes, le son des sitars et tablas….et l'immense générosité des gens. Comment ne pas être envoûté? Comment ne pas revenir?

Malheureusement Louis n'a pas pu ni voir les Ghats ni se promener dessus, donc c'est vrai que quelque chose était manquant, mais il a appris à slalomer entre les bouses de vaches – et c'est rassurant de voir que parfois, comme nous, les vaches souffrent aussi du Delhi-belly – à discuter avec les vendeurs, s'assoir sur un petit tabouret et accepter un chai d'un passant…

Scène très typique

Normalement on devait rester 3 jours ici et ensuite aller à Khajaraho comme presque tout le monde. J'ai annulé nos trains pour Khajaraho et on a décidé de se poser une semaine sur place dans ce paradis/enfer. On a bien fait. J'ai vécu des moments que je n'oublierai jamais, on a rencontré des personnes exceptionnels. On a marché dans les ruelles en long et en large tous les jours, et quand on est parti avec nos sacs sur le dos, les habitant nous ont salués des grands Namaste avec leurs cœurs. On a fait deux heures de yoga chaque matin avec un prof formidable, on est allée aux burning ghats, mais surtout, surtout on a rencontrer des belles personnes.

Varanasi je t'aime. Je vous raconterais dans le prochain post des petits moments de bonheur. Namaste, Om Shanti.

 

J'aime les vélos, n'aimes les ruelles

 

Fabriquant le curd le yaourt

 

 

 

 

Publicités

Je troc…i am an Indian Business Woman

Par défaut

Je fais toujours des erreurs la première jour des soldes. Ben, c’est tout pareil ici. Ma première journée ici acheté 2 pantalons « alibaba », des sarouels en coton. J’aimais bien les motifs, même si je trouvais qu’ils étaient un peu plus bouffants que mon Sarouel acheté l’année dernière en Malaisie. Mais aujourd’hui, je tombe EXACTEMENT sur le truc qui me plaît (les filles je sais que vous me comprenez)…l’imprimé, les couleurs, le tissu très fin qui fait une tombée parfaite. Ca existe en 4 coloris : vert, orange, noir, marron. Sauf que je n’ai pas besoin. J’achète 2 quand même (les filles vous êtes avec moi je sais). Je rentre à ma chambre toute contente et je les essais. Waaaooouuu!!! Tellement ils sont parfaits je sais qu’il faut absolument que je m’achète les 2 autres coloris, mais comment justifier 7 Alibaba sans parler de la place dans mon sac à dos?

Cette photo ne devrait pas etre ici, mais il est. Tant pis. C’est une vendeuse au huile magique pour les dents. Vous en pensez quoi? J’achète ou pas?

Puis….bing….lumière! Je vais retourner au magasin et TROQUER les 2 que je n’aimes plus de tout maintenant (ils nont que 3 jours) contre les autres que j’aimerais à vie! Je me disais que j’avais une mince chance que mon idée de troc marche donc faut que je rajoute un peu plus de mon côté. Choix vite fait…2 tuniques que j’ai acheté sur une plage à l’île Maurice et que j’aime bien mais je pourrais vivre sans. 2 Alibaba moches et 2 tuniques contre 2 Alibaba superbes pour compléter ma collection, c’est pas mal ça? Hein ben voilà…mon affaire a marché et je suis maintenant la Hippie Queen of Kovalam.

Je vais vous joindre une photo pour que vous comprenez mieux mon hystérie (mes photos se sont mises aux mauvaises endroits encore…un jour j’arriverai à maîtriser ce truc)…une vendeuse de huile de noix de coco et fruits. Elle pretend que l’huile de ndc est excellent pour les cheveux (ça je savais), la peau (aussi) et les dents. Ça je ne savais pas et vu l’état de ses dents…

Vous donnez qu’il âge à cette miss de Kovalam? Elle a 40 ans. Gloups…

;

A part ca, yoga matin et soir…j’adore vraiment. Je ne fais pas d’Ashtanga, juste du Hatha qui est enseigné partout ici avec du Pranayama et la méditation. Ça me prépare pour ce qui va suivre que je vous raconterai un de ces jours. En gros, après ma petite semaine de vacances balnéaire je vais prendre le train de nuit ce Samedi pour Chennai (anciennement Madras) qui est sur la côte sud-est de l’Inde et je vais y étudier le « Yogic Anatomy » pendant 2 semaines comme je peux dans une école réputée de yoga. Après cela un peu de tourisme dans les environs (Pondicherry, Auroville et une ville avec encore un nom qui est trop longue à prononcer…Mahaquelquechose) pendant 5 jours puis 10 jours de Vipassana. Je ne dirais pas plus pour l’instant.

Séquence photos….

Regardez cette petite perle…qui était avec ses frères et sa sœur qui n’avaient rien de remarquable mais elle rayonnait de lumière et de beauté. Une pure merveille…

;

Et puis évidemment the hippie queen in her new outfit that makes Zadig and Voltaire look like C&A.

;

Demain apres mon yoga je pars en rickshaw à Neyyar Dam pour visiter la fameuse ashram Sivananda et un crocodile farm et un éléphant farm. Je pars à 9h30, de retour vers 14h30, photos à l’appui for you guys. PS: merci pour vos commentaires hypers-sympas, vous êtes trop cooooool!

Next épisode tomorrow….

;